Le secteur du non alimentaire traverse une décroissance qui s’accentue ces dernières années.

Cette tendance s’est amplifiée avec la dernière crise sanitaire mais aussi avec la croissance de l’e-commerce. En conséquence, on observe un résultat en baisse d’un milliard d’euros ces 5 dernières années selon l’étude menée par l’ADEME. 

Le non alimentaire fait également face à des invendus, qui en 2019 représentaient 3% du CA des entreprises. Les invendus sont majoritairement constitués de fins de série et de surproduction. Ils concernent principalement l’habillement, les produits culturels ainsi que les équipements de la maison.

Pour aller dans le sens des enjeux du non alimentaire, il existe des solutions pour face à la gestion des invendus. Le don octroie un avantage fiscal pour les entreprises à hauteur de 60% de la valeur des produits. De même, il existe d’autres circuits pour écouler et valoriser les invendus comme le déstockage, les dons aux associations, la réparation, le recyclage et la destruction.

Pour inverser la tendance, il est nécessaire de repenser les stratégies de production et de commercialisation. Les distributeurs peuvent également inviter des spécialistes au sein des magasins et développer des corners de marques qui contribueront à enrayer la décroissance dans ce secteur.

Memory vous accompagne pour trouver le juste équilibre dans l’optimisation des stocks et la création d’une offre adaptée aux besoins des consommateurs.

 



Laisser un commentaire